Comment corriger la flore intestinale des bébés nés par césarienne

Nous sommes tous égaux, lorsqu’on naît et lorsqu’on meurt, dit-on. Vraiment ? Pour ce qui est du premier acte du dicton, il est pourtant établi que venir au monde par césarienne plutôt que par voie naturelle entraîne des changements dans la flore intestinale du nouveau-né. Des modifications qui peuvent avoir des impacts plus ou moins marqués sur sa santé durant toute sa vie.

Des chercheurs américains viennent cependant de montrer qu’il est possible d’annihiler quasi complètement ce préjudice, simplement en présentant au bébé, juste après la césarienne, des tissus imbibés de la flore bactérienne interne de sa mère. Cette étude, parue lundi 1er février dans la revue scientifique Nature Medicine, « va faire l’objet de discussions nourries dans les maternités », commente d’emblée Jacques Schrenzel, chef du Laboratoire de bactériologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Depuis quelques années, de nombreux pays observent en effet une augmentation du nombre de naissances par césarienne, certaines justifiées par des raisons médicales, mais la plupart explicables par le confort qu’elles offrent dans la préparation de l’heureux événement. L’intervention chirurgicale est certes devenue sûre et banalisée au fil des ans, mais elle comporte diverses conséquences à ne pas sous-estimer : de plus en plus d’études mettent en évidence un lien entre les naissances par césarienne et l’apparition possible de maladies comme le diabète de type 1, l’obésité, les troubles digestifs ou respiratoires, des allergies.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/medecine/article/2016/02/01/comment-corriger-la-flore-intestinale-des-bebes-nes-par-cesarienne_4857513_1650718.html#Dj79rJdyLfID1SLy.99